Danielle Winger

Dans ses tableaux, Danielle Winger rend hommage au paysage en tant que tel, et en tant que métaphore. Les montagnes deviennent des lieux d’ascension, d’intériorité et de grâce. Déserts comme l’indifférence. Les arbres anthropomorphes s’illuminent au clair de lune et se reflètent dans une eau sans frontière, mais tout de même porteuse de mémoire. Le paysage sauvage et indompté, dans toute son apathie, suscite un désir primitif d’y entrer, de s’y associer, de le connaître intimement. Cherchant le réconfort des lieux vides, elle crée des portraits intensément personnels d’espaces calmes et méditatifs qui encouragent la contemplation, la réflexion et la recherche de soi, de la sublimité et du divin.