};

Zoltan Veevaete

Second no_life (2017) 

Le travail de Zoltan Veevaete consiste à rapprocher l’acte de peindre à son humanisme originel. Peintre de l’ère numérique, Zoltan crée un parallèle entre la révolution picturale de la Renaissance italienne, et l’importante mutation numérique de l’image qui définit notre temps. Il cherche à sensibiliser le spectateur sur les défis que ces développements technologiques engendrent, comme la déshumanisation et les nouveaux rapports entre sujets et objet.

Témoin sensible de ce changement de paradigme, Zoltan crée des œuvres multimédias, immersives et trompe l’œil, manifestes des simulacres projetés sur notre monde par les nouveaux médias. Il représente le bouleversement actuel du rapport que nous entretenons avec le monde, caractérisé par : les relations artificielles; le nouvel essor de la consommation de masse; la stimulation synthétique des sens; et la création d’univers virtuels. Ceux-ci pourraient faire basculer, voire remplacer nos modes de perception traditionnels.Ce phénomène d’« hyperrenaissance » représente le passage de lamétaphore albertienne de la « fenêtre ouverte par laquelle l’on peut regarder l’histoire », à l’immersion presque totale du spectateur dans l’image et dans l’histoire.


Biographie :

Zoltan Veevaete est un artiste passionné par l’histoire de l’art. Il transporte le spectateur dans plusieurs sens à la fois : ses toiles percutantes et intelligentes agissent comme des films cultes, car chaque nouveau regard permet à l’auditoire de s’imprégner de nouveaux éléments, jusque là inaperçus. Les niveaux de lecture de ses œuvres sont à la fois simples et complexes; elles représentent une sorte de mise en abyme qui reflète les multiples couches de notre existence. Autodidacte, Veevaete a toujours été profondément attiré par les arts visuels. Sa passion et ses ambitions l’ont poussé à troquer la cannette de peinture pour un arsenal de pinceaux. Graffiteur muraliste, il se lance dans la peinture, propulsé par son admiration de peintres classiques. À la suite d’un voyage de deux ans en Espagne, où il approfondit ses connaissances et son appréciation des traditions de la peinture espagnole, il obtient en 2010 son baccalauréat en arts plastiques de l’Université Concordia, et y remporte le prestigieux prix Cecil Buller-John /J.A. Murphy en dessin. Depuis, il se consacre à la création à temps plein. 

Démarche :

Son travail en peinture consiste en grande partie à s’interroger sur les influences qui le suivent tout au long de son processus artistique, que celles-ci soient picturales ou techniques. Les œuvres qui en découlent reflètent un espace-temps composé d’allers-retours, de collisions, d’emprunts et d’hommages au passé. Elles créent une étrange sensation de « déjà-vu »; un sentiment fugace, évanescent, et qui hante la lecture des tableaux. Le mélange culturel est marque d’une évolution contemporaine en perpétuelle expansion, qui s’articule tant dans la sphère de la mode, que celles de la musique, et des technologies de l’informatique et de la représentation. Cette mixité nous définit en tant que société postmoderne, où l’emprunt et le mélange des influences du passé viennent sans cesse reformuler les paramètres de notre identité moderne. On se retrouve face à des sujets uniques, évolutifs, vivants, et dynamiques; des sortes d’hydres. Cette quête de la représentation synergique superposée se retrouve au cœur de l’œuvre de Zoltan Veevaete; un amalgame d’époques et d’influences stylistiques pour la création d’un ensemble personnel d’images à multiples niveaux de lecture.